Histoire pour les vieux … mais pas les cons (de toute façon ils ne comprendraient pas)

Nous croyons tous que le temps nous appartient,

nous le CROYONS,

NOUS LE CROYONS.

Et s’il nous appartient alors on le PREND. On aurait grand TORD de se gêner, puisqu’il est à NOUS ce temps. Quand bien même, ça serait LE TEMPS D’UNE CHANSON et que ça se passerai AU TEMPS DES CERISES, parce que c’est un TEMPS COURT et que vous vous diriez soudain :

« faut que je COURE APRÈS »

Alors que vous auriez dû y PENSER AVANT.

BREF, comme NOTRE TEMPS nous Appartient, Alors nous le prenons. Comme ça, négligemment du bout des doigts, par petites doses, en se disant :
Comme ça il durera plus longtemps.

On prend son temps,

On se L’APPROPRIE, PERSUADÉ QU’IL EST À NOUS, comme si nous en étions les PROPRIÉTAIRES … alors qu’aucun acte n’a été établi en ce sens ni dans un autre soit dit en passant devant notaire.

ERREUR FATALE, car un beau matin on s’aperçoit qu’on l’a perdu.

Oui, c’est toujours un beau matin que les choses arrivent.

D’AILLEURS…… un beau matin je me suis levé comme je le fais tous les jours, et en ouvrant la fenêtre, j’ai constaté qu’il pleuvait. Et ça se passait un beau matin, alors c’est bien la preuve que les choses arrivent toujours à ce moment-là, et quel que soit le temps qu’il fait.

Bon, je m’égare et le temps s’écoule.

Tien, faudrait peut-être que je vérifie de ce côté. Que si j’ai perdu mon temps, c’est peut-être parce que LE TEMPS À FUIT. Faudrait que je prenne des cours de plomberies, comme ça je gagnerais du temps et de l’argent et ÇA FERA LA CULBUTE, COMME ON DIT DANS LES HÔTELS-RESTAURANTS.

Et oui, tu économises la facture du plombier, plus le temps qu’il arrive et le temps qu’il répare. Et comme tout le monde sait que le temps, c’est de l’argent, ÇA FINIT PAR FAIRE UN BEAU PACTOLE.

Bon, comme je ne suis pas encore plombier, je vais voir mon voisin. Bah lui non plus, qu’il dit.

Et quand je lui demande s’il n’a pas vu mon temps perdu, venir chez lui, IL ME REGARDE D’UN DRÔLE D’AIR.

Il ajoute,

« ET VOUS CROYEZ QUE J’AI QUE ÇA À FAIRE, À M’OCCUPER DU TEMPS DES AUTRES. »

Comme j’insiste, dès fois que mon voisin ait PRIS mon temps perdu EN OTAGE, il me laisse entrer.

Force est de constater que mon temps perdu n’y est pas.

Mon voisin n’a sans doute pas de café à ma proposer,

À la place, il me dévoile son planning pour me démontrer que son temps est bien délimité dans la journée, et qu’ainsi IL NE PEUT PAS LE PERDRE.

Pourquoi n’y avais-je pas songé avant. Je le remercie du plus profond de mon cœur, QUI LUI EST TOUS LE TEMPS LÀ.

Alors il finit par me dire.

« Vous savez, vous pouvez toujours chercher mais LE TEMPS PERDU NE SE RETROUVE JAMAIS.

Enfin, c’est la légende qui le dit. FAUT-IL LA CROIRE ? »

Alors je sors de chez lui, et c’est là que le doute s’installe.

HEUREUSEMENT,
car je n’aurais pas voulu abuser de son hospitalité, maintenant j’ai le doute qui m’accompagne.
Aller chez le voisin tout seul, d’accord

Mais LE DOUTE N’A PAS ÉTÉ INVITÉ À ENTRER.

Et ce n’est pas lui qui va m’aider.

Oui, le doute va me faire perdre le peu de temps qu’il me reste encore, car j’étais jusqu’à présent sur la réserve et là je suis dans le rouge, faut vite retrouver le temps perdu.

Oui, c’est vrai, je ne vous avais pas encore parlé de cette réserve. JE L’AVAIS MISE DE CÔTÉ. Mais ça, c’est parce que je voulais parer au plus pressé, ne pas perdre le peu de temps qu’il me restait encore.

Voilà, maintenant tout le monde est au courant.

Et nous voilà tous les deux, bras-dessus bras-dessous, mon doute et moi à la recherche du temps perdu et nous aurions certainement fait choux-blanc, quand bien même cette éventualité ne nous eût guère été d’un grand secours.

C’est alors que contre toutes attentes je me suis rendu aux objets trouvés.

C’est peut-être à ce moment-là que le doute s’est dissipé. Et pour vous faire comprendre ce phénomène, c’est très simple, juste avant d’aller aux objets trouvés, une lueur d’espoir m’est apparue. Et c’est de notoriété publique que LE DOUTE N’AIME PAS LA LUMIÈRE.

Alors je me suis rendu SEUL, aux objets trouvés. Oui, c’est là qu’en principe se trouve les objets perdus. Ou alors, c’est à désespérer de l’objet du service.

Donc je me présente sous mon meilleur profil … vous vous doutez bien sinon vous prenez le risque d’être mal reçu, et qu’en plus on vous fasse attendre dans un coin et qu’il serait très mal placé. Loin du guichet, par exemple et derrière un poteau. Que du coup, je passe inaperçu, et que l’on m’oublie dans mon coin.

À non pas de ça, car là j’aurais été en panne de temps.
J’EN MOURRAIS, c’est sûr.

Finalement je tombais sur une personne très aimable, et quand je dis tomber, je devrais plutôt dire,

« Je me posais avec élégance comme l’abeille sur sa fleur. »

Mais, rassurez-vous je ne l’ai point butiné.

C’est là que cette personne m’apprend que le temps appartient à tout le monde et qu’il a été donné à quelqu’un qui en avait besoin.

« À BON » m’exclamais-je, d’un ton étonné.

Je n’allais pas remettre en cause les propos de cette personne, d’autant qu’elle était charmante et très au courant des lois.

Alors, entre parenthèse

Aux objets trouvés, on n’y pense pas toujours, mais il n’y a pas que les objets perdus, il y a aussi tous ceux que l’on oubli.

Et les premières choses auxquelles nous songeons, ceux sont aux doudous, aux courses, aux rendez-vous, mais on ne songe jamais aux lois que l’on perd de vue, que l’on néglige, parce qu’elles sont vieilles et elles finissent sur des rayons après de cette charmante personne.

ALORS LES RAYONS S’ILLUMINENT COMME PAR MAGIE

Fin de la parenthèse

Nul n’est censé ignoré la loi, et moi je l’ignorais. j’ignorais que le temps appartient à tous le monde.

J’aurais pu me dire que j’avais perdu mon temps !

Qu’est-ce que je pouvais faire,

maintenant mon temps ne m’appartenait plus.

Je n’allais quand même pas faire appel à MIDI pour qu’il me le remette à QUATORZE HEURE, D’AUTANT QUE NOUS ÉTIONS DÉJÀ AU BEAU MILIEU DE L’APRÈS-MIDI.

Je m’en remis au bon sens, qui était encore en ma possession. Mon temps, que je croyais perdu, ne l’était pas pour tout le monde. Je partais, rassuré de savoir que mon temps n’était plus seul.

MOI JE M’EN SORTIRAI !

j’irai quémander un peu de temps, à droite à gauche,
Même si l’une est plus avare de son temps que l’autre.

Et, c’est vrai que le cœur se trouve d’un seul côté …

Bien que parfois je me dise,
« IL SERAIT MIEUX TOUT AU MILIEU  »

Je regrettais juste de n’avoir pas pu lui dire au revoir.
Vous savez cette envie de sortir son mouchoir,
Non pas pour se moucher, mais pour l’agiter
Quand nous sommes sur le quai d’une gare,
Alors que la loco fume comme un pompier,

Mais ça c’était avant. AVANT, quand LE TEMPS ÉTAIT ENCORE BON ET VIEUX.

J’espère quand même le revoir un jour, ce temps perdu.
Je sais il aura vieilli, mais moi aussi
Et chacun avec nos cannes,
Nous avancerons lentement,
À petit pas,
Prenant notre temps
Comme le font tous les vieux.


Posted in HUMOUR, Raconte-nous une histoire, Un moment de détente and tagged , by with no comments yet.