Petites définitions autour de l’Homme …

Vous remarquerez que j’ai mis un grand H pour la circonstance

Homme : On le dit habile de ses mains (il travaille même dans le noir) ce qui ne l’empêchera pas, à l’occasion, d’être bête comme ses pieds. Sa dextérité fait merveille lorsqu’elle s’exerce sur le plus vieux métier du monde : « taquiner le goujon ».
C’est en apprenant à se tenir en société que l’homme est devenu civilisé. Maintenant, il sait manger avec une fourchette.
À la recherche perpétuelle d’un monde meilleur, l’homme renoue régulièrement avec ses origines, sans doute pour ne pas perdre la main. Il fait preuve d’un véritable acharnement à délimiter et à protéger son territoire.
A chaque printemps il part à la recherche de sa belle et si l’on a constaté des débordements, c’est juste parce qu’il n’y a plus de saison.
L’homme fait partie de ces êtres que l’on a doté d’une intelligence qu’il utilise avec discrétion, afin de ne pas l’user.

Homme de la situation: Personnalité qui recueille tous les suffrages. Il est spécialiste en démêlage. Pour exercer son art, il prend les devants et n’y va pas par 4 chemins. Ainsi, limitant les itinéraires, il arrive finalement plus vite au but.
L’homme de la situation ne développe son activité qu’au plus fort des difficultés, mais Dieu merci, ça n’est pas ce qui manque.

Homme de paille : Personnage sans consistance, voire ectoplasmique, qui se tient, autant que faire se peut, à la tête des sociétés fantômes.

Juste pour le plaisir, la ville de Gourin en aperçu

Homme d’honneur : Sujet en voie de disparition, L’homme d’honneur ne sort que dans les grandes occasions. On dit même qu’ils ne sont plus légions. Aussi, les spécialistes n’oublient jamais de prendre des photos pour conserver la trace de leur passage.

la statue de la liberté à gourin

Homologues : Personnalités d’origine gouvernementale et d’horizons
géographiques divers, aimant organiser, voire participer à des rencontres hors de leurs frontières respectives pour voir du pays et montrer le bon exemple des tentatives de rapprochement qui marqueront l’histoire. Ces rencontres sont l’occasion de poser pour la photo de famille. (A ne pas confondre avec les hommes d’honneurs pour lesquels la photo est réalisée dans un but ethnologique, alors que chez les homologues s’est sur le plan généalogique.)

Et, cette petite dernière largement inspiré de Pierre Daninos dans « le jacassin ».

Animaux : S’il est de compagnie, de traite et de bâts, il constitue aussi une référence pour l’homme, faute de mieux. D’une manière générale, l’homme se conduit comme une bête et peut même devenir un vrai fauve. En temps ordinaire, l’homme a du flaire pour tirer le bon cheval, être un rapace afin de détecter les brebis galeuses où à l’occasion il pourra se faire un peu vache. Dans l’intimité s’est un vrai lion et en public un chaud lapin. Mais en principe il est doux comme un agneau, car s’est surtout un mouton.

quand on se sent observé (rando à Gourin dans le Morbihan)


Posted in DICTIONNAIRE édition 1998, LETTRE A, LETTRE H by with no comments yet.

Lettre ouverte à ceux qui parlent de revoir la majorité sexuelle

Et aux autres qui craignent (…pour leurs abattis ?)

A ceux qui craignent, aux nom de la présomption d’innocence.
Alors que l’innocence, je la croyais définitivement acquise à tous les enfants.

Comment prendre soin de notre planète, alors que l’on est incapable de protéger ses enfants ?

Auriez-vous perdu la tête, vous dénoncez les atrocités de ces barbares qui mutilent, violent et tuent femmes et enfants, mais vous faîtes bien pire en vous réfugiant derrière vos juges pour condamner une enfant de 11 ans.

Auriez-vous perdu la tête, vous avez pourtant signé la convention des droits de l’enfant.

Parce que les enfants sont plus vulnérables que les adultes

Vous qui êtes adultes, décidés qu’une enfant de 11 ans était consentante pour un acte sexuel. Vous avez vraiment perdu la tête, car c’est le violeur qui aurait été condamné face à une victime adulte pour s’être mieux défendue.

Vous qui êtes adulte décidés qu’à 11 ans, un enfant peut être consentant face à un adulte. Est-ce un consentement éclairé ?

Certains actes de soins nécessitent le consentement libre et éclairé du patient. Pour l’aider dans sa prise de décision, le patient peut en outre désigner une personne de confiance.

Parce que, pour le coup l’on aurait davantage de considération envers un malade, de surcroît adulte car lorsque l’on est enfant, l’on s’en remet à la décision de ses parents.

Alors, pour vous éclairer, la personne de confiance serait en premier lieu, l’avocat du violeur et finalement, les juges ayant rendu leur verdict et qui nous éclairent totalement sur le respect qu’ils ont envers cette enfant.

Il aurait sans doute fallu que l’enfant soit un garçon, pour que le consentement s’éclaire d’un nouveau visage.

Et il y a consentement parce que l’on est dans un acte sexuel, et c’est moins important que d’aller voter car quelque part ça ne serait qu’un jeu. Et qu’au fond, le violeur a été victime d’un abus de faiblesse.

Vous avez signé la déclaration des droits de l’enfant qui énonce le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation

Et soudain pris dans je ne sais trop quel remords, vous vous dites qu’il faudrait revoir l’age de la majorité sexuelle.

Auriez-vous perdu la raison, pour ne point vous rendre compte à quel point votre attitude est immonde face à cette enfant.

À onze ans, on n’a pas le droit de décider de sa vie, sans l’accord de ses parents, sauf pour se faire violer.

Vous devez vraiment aimer vos enfants pour penser ainsi.

Vous vous interrogés sur un Âge de la majorité sexuelle. Parce qu’aujourd’hui c’est  à la victime de prouver qu’elle a été violée et vous craignez que tous les violeurs d’enfants perdent le bénéfice de la présomption d’innocence.

Il n’y a pas de doute Vous devez vraiment aimer vos enfants pour penser ainsi.

Vous vous interrogez sur l’Âge de la majorité sexuelle. Parce qu’aujourd’hui, c’est toujours à la victime de prouver qu’elle a été violée et c’est moi qui craint que cela ne devienne, pour avoir l’âge, un permis de violer.


Alors, « balance ton porc » oui, mais le « porc » à déjà des complices dans les tribunaux

VOUS AVEZ POURTANT SIGNÉS LA CONVENTION DES DROITS DE L’ENFANTS ET VOUS N’EN RESPECTEZ PAS LES TERMES

 

Et Vous avez gardé la raison, mais le cœur n’y est plus

 


Posted in comprendre avec le coeur, Je vous écris and tagged , , , by with no comments yet.