Au nom de l’Amour, je te ferais redécouvir ton âme – chapitre 1

Quelle belle invention que la messagerie instantanée, elle permet aux sourds de s’entendre, …sans faire de grands gestes, a ceux qui bégaient de solutionner leur problème de diction, à ceux qui parlent trop bas de se faire entendre sans élever la voix …et de pouvoir parler des heures durant, du moment que les fourmis ne viennent pas prendre part à la conversation. Et, j’aurais dit qu’à la différence d’une conversation, tout est écrit …et ça reste.
Bref, c’est un outil merveilleux, car instantané.

Mais comme il est « instantané » il obéis au même règles que le dialogue, à savoir que ce que nous écrivons subit fatalement les émotions du moment.

Et la sincérité de l’instant ne permet pas toujours de comprendre ce qui demande parfois toute une vie pour l‘appréhender.

J’éprouve comme un malaise, devant ce vaste monde. Et j’ai de la peine à suivre l’actualité du moment, je serais toujours à la traîne. Alors, plutôt que de m’essouffler pour suivre le peloton, je m’en vais revenir à mes premiers Amours.
Plutôt que de parler du présent, je vais tenter de vous expliquer comment nous en sommes arriver là. Et pour que la chose soit parfaite, je vous emmène jusque dans la nuit des temps…
Bah oui, c’est la moindre des choses, pour comprendre la vie, pour l’aimer, il faut assister à sa naissance.

Alors, a l’attention de toutes les petites lumières de ce monde, voici l’histoire…à ma manière.

9061

Au nom de l’amour, je te ferais re-découvrir ton âme.

Mes chères enfants,

Avez-vous remarqué comme la nature est bien faite, comme elle sait s’arranger. Quelle personnalité!
Avez-vous remarqué comme elle change, comme elle se transforme. C’est magique. Magie blanche, magie noire?
Elle se couvre de fleurs jaunes au printemps avec la régularité d’un métronome. Enfin, presque, mais ça, c’est parce que nous somme en train de glisser vers un autre espace-temps.

Parce que nous comprenons les choses lorsqu’elles sont dans leurs contextes,
Notre existence n’a de sens que par tout ce que nous appréhendons de la Vie.

De la naissance d’un monde, jusqu’à nos jours :

D’abords immense masse gazeuse, le premier carrousel de tous les temps commence son tour de manège. Accrochez-vous au bastingage et mettez votre ceinture car ça va dépoter. Petit à petit, des embryons d’astres se forme. Mais à l’image de ceux qui veulent conquérir le monde, ces astres se font une guerre impitoyable. Ils forment des alliances comme s’ils savaient que de ces alliances naîtrait notre survie future.
Et de tous ce chaos, l’astre bleu est né.

Mais, avant qu’il n’atteigne cette belle couleur, il a fallut faire chauffer la marmite. Alors, le grand marmiton à plonger sa grande cuillère pour tourner, tourner, et tourner encore. Et dans se tourbillon bouillonnant, des montages se sont élevées des montagnes à des hauteurs vertigineuses et des lacs gigantesques se sont formés à leurs pieds, tellement grands qu’on les appellera océans. Par endroits la pâte n’a pas levée, alors ont les baptisera continents. Et par-ci, par-là, au milieu des océans, comme égaré au milieu de la tourmente, des morceaux posés à même sur l’eau que l’on appellera île flottante, (d’où le nom…).

Et, si la terre est ronde, c’est parce qu’à force de tourner, elle à fini par ce mettre en boule (vous, si ont vous faisaient tourner, vous finiriez par vous mettre en boule). Mais, si l’astre bleu n’est pas parfaitement rond, c’est parce que le mouvement n’a pas été régulier. Le 7ème jour, ce fameux 7ème jour, Dieu c’est arrêté pour ce reposer.

Arrêtons-vous également. La terre est née, mais il est encore trop tôt pour que nous voyions le jour. Pour accueillir un nouveau-née, il faut préparer la chambre. C’est la moindre des choses!

Alors, notre grand marmiton va troquer sa toque contre le tablier de jardinier. Et c’est muni de son grand sac de graines et sous doute avec l’aide d’un prodigieux râteau qu’il va semer. Alors, tel des millions de spermatozoïdes, les graines vont se répendrent. Oui, c’était des graines autopropulsées, les 1er OGM. Après, il arrosera, désherbera et taillera comme tout bon jardinier qui se respect.

Arrêtons-nous encore une fois, mais pas nécessairement au7ème jour, le 4ème par exemple (plus tard, ont choisira le 3ème pour faire plus équilibrée).
Au 4ème jour donc arrêtons-nous pour contempler se paysage magnifique. Je ne vous décris pas, imaginez, se sera plus beau.

5141

Mais, il manque quelque chose dans cet univers paradisiaque. Notre nouveau-née risque de s’ennuyer ferme s’il est seul au monde. Si les rares choses qui bougent sont les nuages dans le ciel et les feuilles qui bruissent dans les arbres. Il fallait que sur cette terre ça déménage un peu plus. C’était un peu trop gnan-gnan.
Alors notre marmiton-jardinier c’est remis au boulot. Et là, il à fait très fort, il c’est fait créateur de la vie animée (en fait, c’était dans ses dessein, mais on ne comprendra que beaucoup plus tard).
Comme il se là pétait un peu, il s’attribua le titre de pro-créateur de la vie, d’où l’origine du mot « procréer ». Cette évènement au combien marquant restera à jamais gravé dans nos gènes et nous pouvons encore en observer les traces qui sont surtout visibles chez l’homme.
Notre pro-créateur commença à s’exercer sur de toutes petites choses. Et puis un jour il fit quelques erreurs de dosage. Il mit au monde une série d’animaux tel que le dinosaure, le brontosaure, et autre « saure ». Mais aussi, et on ne sait pas trop pourquoi, le Trex le mammouth qui ont fait leurs come-back au cours du 20ème siècle après JC et dont ont voit encore quelques spécimens de nos jours. Ses animaux gigantesques n’avaient pas leurs places auprès d’un être aussi fragile que le petit d’homme. Notre pro-créateur avait du mettre trop d’hormone de croissance dans la gamelle. Est-ce parce qu’il aurai abusé de la bouteille ? Nul ne le saura jamais, mais cela doit nous amener à réfléchir sur le sujet (de la bouteille). Vous pouvez également vous pencher (sans excès non plus) sur l’œuvre au combien évocatrice de notre ami Jean dit « de la Fontaine » car c’est bien là, près de la fontaine que notre conteur à vue, de ses yeux vue, la grenouille qui plus tard deviendrait aussi grosse que le bœuf. Et vous en connaissez tous l’épilogue dramatique.

Maintenant que la chambre est prête, faisons un tour du propriétaire. Et parce que je n’ai pas souvent l’occasion de le faire, je vous propose de faire un saut de quelques milliards d’années.

Pour ce nouvel arrêt…
note du lecteur : quoi, encore un arrêt !
note de l’auteur : quoi, s’avez pas lu, à l’arrière c’est marqué « arrêts fréquents ».
Profitez-en pour faire une pause pipi.


Posted in Au nom de l'amour, je te ferais redécouvir ton âme, Raconte-nous une histoire by with 2 comments.

Comments

  • peopleheart dit :

    Bisou ma Cléa,
    t’as raison, mais j’ai pas de photo pour te montrer. Normalement si tu sors dans la rue tu devrais rencontrer quelques uns de ses descendants…Alors tu imagine la tête du bibounet, Chère Cléa
    Euh …si tu pouvais faire un ti signe, que je te reconnaisse. Je sais pas moi, tu agites un mouchoir ou tu te met une tite fleur dans les cheveux … mdr.

  • cléa dit :

    il doit ètre beau goss