Chat-r’mant

Pour bien marquer la Saint Valentin voici une petite photo évocatrice

chuuut, … faut pas réveiller les chats qui dorment

Et, parce que cela faisait longtemps, et que ça serait un brin « VINTAGE » ma définition de l’amour en 1998.

 

 

Amour : Originaire de Bohème, l’amour aime, par le fait, beaucoup voyager. Et comme au temps de Marco Polo ou de Christophe Colomb, il fera de nombreuses conquêtes. L’amour commence très tôt. C’est d’ailleurs dès le plus jeune âge qu’il est le mieux toléré.
On n’observe durant cette période guère de 
complication.

En fait si l’amour est consommé dans les conditions normales d’utilisation, il peut se pratiquer toute la vie. A ce propos on notera un manque évident de clarté des notices explicatives dues à une multiplicité des sources d’informations. En effet, celles-ci ne se transmettent pas toujours par voie orale.

On peut par exemple utiliser la procédure classique de l’écrit ou avoir recours à l’audiovisuel qui est normalement placé sous surveillance, sans oublier le Minitel qui prétend, grâce à ce moyen nous faire voir la vie en rose.
Il existe un 
dernier procédé qui repose sur des recettes de grand-mère. C’est donc une méthode vieille comme le monde qui fait appel à des signes qu’il convient de décoder. Très pratiquée, cette méthode est aussi très controversée. En effet hormis les signes ostentatoires qu’affichent certains groupes décryptables par n’importe quelle intelligence, cette pratique ancestrale est souvent victime de son interprétation. Notamment, des adeptes ont recours au clin d’œil alors que chez certains il peut s’agir d’un banal défaut de prononciation. Un pied qui frôle son homologue peu avoir pour origine, soit une erreur de trajectoire, soit un réflexe d’autodéfense.
Mais comment expliquer par exemple la présence à la nuit 
tombante d’allumeuses, sous les réverbères qui posent des lapins encore chauds.

Une des particularités de l’amour s’est son phénomène d’accoutumance qu’il provoque chez la plupart des sujets atteints et comme tout ce qui est pris à haute dose (en arrivant au septième ciel) c’est son effet euphorisant qui se traduit par une perte du sens des réalités. Chez les éléments encore jeunes, mais qui disposent déjà de tous les accessoires, on peut remarquer la réalisation de nombreux essais comparatifs ce qui occasionne de fréquents litiges. En effet tous n’en sont pas au même degré d’investigation.
Aussi lorsqu’un élément n’a 
pas encore épuisé totalement le sujet, il n’est pas rare de constater la présence d’un second élément qui va s’investir sur le même terrain. L’amour se trouve alors pris entre deux feux, il ne sait plus où déposer sa flamme.

Lorsque l’amour vient, il a un effet dopant qui augmente le rythme cardiaque. Et, quand il s’en va, celui-ci peut vous briser le cœur.
C’est au moment où le soleil est déjà 
couché depuis un bon bout de temps que l’amour s’exprime le mieux. On le verra alors traverser des murs qui seront épais comme du papier à cigarette pour s’élever, s’élever, s’élever dans les profondeurs de la nuit étoilée.

L’amour peut être très dur en affaire, il exige souvent un contrat d’exclusivité. Mais le résultat sera à la hauteur de vos espérances. Ainsi lors d’un mariage d’intérêts, s’il prend bien l’accent professionnel, celui-ci peut raisonnablement déboucher sur l’amour du travail bien fait. Il arrive que l’amour traverse des passages difficiles. Aussi sortira-t-il de préférence à couvert afin d’éviter les zones à risques qui sont réputées pour leurs issues fatales.

L’amour est un phénomène de portée internationale. Il dispose donc de toute la panoplie administrative réglementaire : un dieu, un saint patron et une fête. L’amour ne vivant que sous les meilleurs auspices, son développement est considérable en période estivale. De plus, chez certains sujets, on remarquera une nette influence du cycle lunaire sur leur prédisposition à l’amour et dans ce cas de figure cela se traduit par de fréquentes sorties nocturnes surajoutées à des dons musicaux.

L’amour fréquente beaucoup les lieux publics et en particulier leurs bancs, encore que cette pratique tend à s’estomper depuis la disparition des pelouses interdites.

 


Posted in Ces petits instants du quotidien and tagged , , , by with comments disabled.

On récolte ce que l’on sème (réédition)

Ce que l’on sème

Le bonheur est en toi, dit bouddha
tu t’rappel pas !?

Et ce que l’on sème
Ceux sont nos peines
Ceux sont nos joies

Elles s’en vont rejoindrent

Les cœurs et les âmes

Des êtres humains

Chacun les arrose à sa manière

Ce que l’on sème

Tout le monde le récolte

Et si j’en suis le propriétaire

Dis-moi quels sont mes fruits !

Dis-moi de quelles graines …

Pour les avoir semé

Car c’est dans ton âme

Que le fruit arrive à maturité.

On récolte ce que l’on sème

Et c’est en toi que pousse la graine,

À toi d’en prendre soin

De la faire joie ou peine.

Et tu voudrais pourrir la récolte

Lui jeter un sort

Prétendant le grain mauvais !?

À dire que le goût en est amer et rance

On récolte ce que l’on sème,

Et tu as cette tendre iniquité

D’aimer toujours les fruits de tes enfants

De tes amis,

et je ne t’en voudrait point pour cela.

Mais ne boude jamais une seule graine,

Fais-en un fruit sucré et savoureux

Car elle est pour cet enfant que tu ne connais pas encore

Promis à aimer le fruit à naître de ceux qui te sont cher.

On récolte ce que l’on sème

Et tout le monde voudrait que la récolte soit bonne

Puisque tout le monde sème

Autant que l’on s’aime

Gardant nos préférences, comme si c’était une liberté

Restant toujours attentionné envers ce champs immense

Tel les blés chantants sous le vent chaud d’un éternel été.

On récolte ce que l’on sème

C’est à toi de savoir si tu as envie de
faire de ta vie un joli fruit

Coule, ma vie coule,
Et je serais fidèle à l’amour
Et envers tous les Hommes
Pour n’être jamais seul,
Faire de l’amour, mon guide


Posted in La passion dans les mots and tagged , , , by with 4 comments.

Le racisme, cheval de bataille des idiots …

 

 

Être raciste est la chose la plus facile au monde,

 

elle ne demande pas plus d’effort

 

que d’insulter son semblable,

 

c’est à la porté d’un enfant de dix ans.

 

Il suffit d’être lâche et idiot.

 

Être raciste est la chose la plus facile au monde,

 

C’est dire que l’on aime pas les hommes,

 

Mais aussi leurs femmes et leurs enfants

 

Elle nous oblige un jour ou l’autre

 

à sombrer dans le mensonge et la mauvaise foi

 

Elle nous pousse à être lâche et c’est idiot.

 

ça commence à 10 ans …

 

 

à dix ans ont fait encore l’andouille,

 

C’est normal …

 

à 20 ans ont fait toujours l’andouille,

 

Et c’est pour se rendre intéressant

 

 

On dit : « il fait l’idiot » … ça fait plus classe !

 

Parce que il a gardé toute la fraicheur de ses dix ans

 

ça serait presque mignon si en même temps

 

s’t-ado s’abstenait de se croire responsable

 

en se foutant du monde

 

 

 

à 30 ans il fera encore et toujours l’andouille

 

Et c’est définitivement pour se rendre intéressant

 

transformant peu à peu la « chose » en conviction

 

jusqu’à la faire vocation …

 

Et on ne dit plus qu’il fait l’idiot mais que c’est un con

 

Pourtant c’est toujours avec la même candeur d’esprit,

 

celle de ses dix ans

 

Il aura juste perdu son innocence

 

Mais au grand jamais, il ne perdra son inconscience

 

C’est toute sa vie qu’il fera l’andouille

 

Il a 20 ans, 30 ans, 50 ans ou 77

 

sur internet, y a plus d’âge 😉

 

car on dispose soudain d’une éternel jeunesse

 

Et qu’les andouilles proposent des apéros saucissons-pinards

 

C’est pour pouvoir inviter toute la cochonnaille

 

de France et de Navarre

 

Qu’ainsi, ça sente bon le crottin !!!

 

Alors, vas-y que je te lance les invitations sur facebook

 

( mais pour l’occasion, lis « face de bouc » )

 

Pour le marketing direct, toujours rester dans le coup

 

( Un brin rural )

 

Et ça, ça fait partie de la vocation !!!

 

Mais, si d’aventure des élus font l’âne

 

à se vanter d’aimer le cochon

 

que même, ça serait leur religion

 

alors surgit les âmes charitables

 

sur les ondes, les média, immédiatement

 

les bigots s’exclame : ostentatoire

 

Dieu, les vilain garnements !!!

 

Pour le coup, qu’ils auraient trop bu

 

trop bu … le pinard

 

d’amnésie, souffrirait-il ?

 

devant leur fanfaronnade

 

Bah c’est pour sûr … à cause de la gueule de bois

 

faut pas leur en vouloir

 

mauvaise interprétation des textes

 

juste la langue, il fallait

 

ils auront foncé, bille en tête

 

Ainsi, vous l’aurez compris c’est devenu une mode

 

lorsqu’un idiot monte au créneau

 

Il se trouve toujours quelques beaux parleurs

 

pour prendre le public à témoin et pour des crétins

 

« Ce n’était pas un acte raciste

 

mais juste une plaisanterie de potache »

 

C’est pas très responsable, mais au fond,

 

Ce n’est qu’un détail comme l’avait dit Jean-Marie

 

Quand on voit que tout en haut,

 

on justifie le racisme au nom du droit

 

Et les hommes ont cette lâcheté

 

de dire que ça n’en ai pas

 

(et pi nous avons des principe républicains )

 

à se sentir aussi responsable que des potaches

 

Regardez autour de vous,

 

ces gens qui se disent racistes

 

Ils sont assez pitoyables

 

sous leurs airs de grandes personnes

 

regardez autour de vous,

 

ces gens qui n’assument pas leur racisme

 

Ils font pitié ses êtres accomplies,

 

plus fragiles que des enfants

 

à n’être personne, car l’amour est un poids

 

qu’ils n’arrivent pas à supporter

 

Aimer, il est vrai … ça demande du courage

 

 

Faisons preuve d’humanité, Aidons-les !!!

 

 

Aidons tous les idiots de la terre

 

 

Mais n’allez pas vous embarquer

 

dans de longues croisières

 

Il doit bien y en avoir un,

 

tout près de chez vous 😉

instant fleur bleue

fleur sauvage


Posted in Je vous écris and tagged , , , , by with comments disabled.