Au nom de l’amour, je te ferais redécouvrir ton âme … Chapitre 7

De l’information à la désinformation

Sur une grande radio, j’entendais les nouvelles successives suivantes :

•    Notre journaliste annonce un débat sur l’agriculture qui se réduit comme une peau de chagrin en France à cause de la modernisation et de la concurrence.
•    Il enchaîne sur les cours de la bourse à grand renfort de chiffre en nous précisant toutes les bons affaires et les mauvaises car ces la loi du marché (curieusement, on retrouve des coutumes similaire dans le milieu…qui a copié…ou, ils n’ont pas eu besoin…)
•    Mais savez-vous quel sujet suivant notre brillant journaliste va aborder ? Je vous le donne en mille, Émile,…le problème du logement.
Notre journaliste était-il en train de nous évoquer des univers parallèles?

Sans entrer dans la quatrième dimension,

•    N’était-il pas en train de parler les problèmes de l’agriculture sur Mars à cause de l’eau.
•    Ne parlait-il pas de la bourse à Gotham City, sur Terre, pour être politiquement correcte.
•    Et de Saturne, pour le logement, les anneaux n’étant définitivement pas habitables et continue de gâcher la vue.

J’ai toujours été fasciné par ces hommes et ces femmes qui savent tout avant tout le monde. J’en serais presque jaloux. Sont-ils dotés de super-pouvoirs pour connaître le nom des criminels bien avant la police. Quand cette même police, toujours à la traîne, en est, encore et toujours, à la phase des soupçon. Mais, que fait la police ? Qu’est-ce qu’elle attends pour embaucher des journalistes !

Mon autre fascination et aussi une autre raison d’aiguiser ma jalousie, c’est cette facilité à accéder à la pensée humaine. Admirez plutôt. Ces gens là sont capable de faire un reportage et en même temps de réaliser un sondage (grandeur nature s’il vous plait) et tout ça, en une heure de temps, y compris le temps de transport qui n’est pas négligeable car là où ils se rendent, il y a toujours des embouteillages.
Bah oui, qui dit embouteillage, dit, y’a plein de monde…a quoi ça servirait de faire un sondage (grandeur nature) à la campagne s’il y a 2 pelés et 3 tondus, ça serait pas crédible, quand bien même on compterait les vaches et cochons. En plus on pourrait pas laisser les cochons, il faut que les reportages soient tout publics, et les cochons c’est pas cachère.
De toute façon, les reportages à la campagne, ça n’intéresse personne, du moment que le steak est saignant, qu’est-ce que ça peut faire que se soit du sang de betterave, du moment que c’est pas du sang de navet (le navet, ça se remarquerai, ça sent fort) donc pas de reportage à la campagne, on fonce dans les embouteillages et pour gagner du temps on prends l’hélicoptère mais faut quand même songer à ce poser. Avez-vous réfléchis au bazar, une armée de journaliste avec 3 ou 4 hélicoptères qui débarquent en plein centre ville sur les lieux du crime. Même si la police va pas tarder, il faut qu’elle puisse se garer. Y a des lois et nous somme dans un pays de droit.

Il y a quand même une chose que je dois vous dire, si les journalistes arrivent à connaître le nom des criminels avant la police, la seule façon d’y parvenir est de rentrer dans la peau du serial killer, d‘arriver à deviner ses penser. Et après, il n’y a plus qu’à localiser la source. Pour y parvenir, une bonne séance de télépathie fera parfaitement l’affaire. Le voila, le super-pouvoir des journalistes, ils sont télépathe mais surtout ne le dites à personne. Je vais vous avouer un secret, pendant longtemps j’ai cru qu’ils avaient des indics et que ces indics, c’était, soit madame Irma, soit madame Soleil, en fonction de leurs plans de congés.

Alors qui sont-ils, d’où viennent -ils, comment ont-ils acquis ce pouvoir ? La vérité viendrait-elle d’ailleurs ?

Il y a quand même des choses que je n’arrive pas a comprendre, c’est cet intérêts pour les câlins des stars

La société a commencé à se construire lorsque l’homme est sorti de sa grotte et, globalement il a assez bien réussi. Mais, à ce jour, nous ne sommes toujours pas à l’abri de la misère. Bref, si la société dans laquelle nous vivons est un univers complexe, il est indubitable que nos informateurs se font régulièrement acheter par des gens qui veulent brouiller les cartes (à coup sûr, des joueurs de poker)

Aujourd’hui nous vivons dans un monde où nous misons tout sur le virtuel, sur l’image,  comme si la vie était devenue une gigantesque illusion.


Posted in Au nom de l'amour, je te ferais redécouvir ton âme, Ces petits instants du quotidien and tagged , by with comments disabled.