Au nom de l’amour, je te ferais redécouvrir ton âme … Chapitre 7

De l’information à la désinformation

Sur une grande radio, j’entendais les nouvelles successives suivantes :

•    Notre journaliste annonce un débat sur l’agriculture qui se réduit comme une peau de chagrin en France à cause de la modernisation et de la concurrence.
•    Il enchaîne sur les cours de la bourse à grand renfort de chiffre en nous précisant toutes les bons affaires et les mauvaises car ces la loi du marché (curieusement, on retrouve des coutumes similaire dans le milieu…qui a copié…ou, ils n’ont pas eu besoin…)
•    Mais savez-vous quel sujet suivant notre brillant journaliste va aborder ? Je vous le donne en mille, Émile,…le problème du logement.
Notre journaliste était-il en train de nous évoquer des univers parallèles?

Sans entrer dans la quatrième dimension,

•    N’était-il pas en train de parler les problèmes de l’agriculture sur Mars à cause de l’eau.
•    Ne parlait-il pas de la bourse à Gotham City, sur Terre, pour être politiquement correcte.
•    Et de Saturne, pour le logement, les anneaux n’étant définitivement pas habitables et continue de gâcher la vue.

J’ai toujours été fasciné par ces hommes et ces femmes qui savent tout avant tout le monde. J’en serais presque jaloux. Sont-ils dotés de super-pouvoirs pour connaître le nom des criminels bien avant la police. Quand cette même police, toujours à la traîne, en est, encore et toujours, à la phase des soupçon. Mais, que fait la police ? Qu’est-ce qu’elle attends pour embaucher des journalistes !

Mon autre fascination et aussi une autre raison d’aiguiser ma jalousie, c’est cette facilité à accéder à la pensée humaine. Admirez plutôt. Ces gens là sont capable de faire un reportage et en même temps de réaliser un sondage (grandeur nature s’il vous plait) et tout ça, en une heure de temps, y compris le temps de transport qui n’est pas négligeable car là où ils se rendent, il y a toujours des embouteillages.
Bah oui, qui dit embouteillage, dit, y’a plein de monde…a quoi ça servirait de faire un sondage (grandeur nature) à la campagne s’il y a 2 pelés et 3 tondus, ça serait pas crédible, quand bien même on compterait les vaches et cochons. En plus on pourrait pas laisser les cochons, il faut que les reportages soient tout publics, et les cochons c’est pas cachère.
De toute façon, les reportages à la campagne, ça n’intéresse personne, du moment que le steak est saignant, qu’est-ce que ça peut faire que se soit du sang de betterave, du moment que c’est pas du sang de navet (le navet, ça se remarquerai, ça sent fort) donc pas de reportage à la campagne, on fonce dans les embouteillages et pour gagner du temps on prends l’hélicoptère mais faut quand même songer à ce poser. Avez-vous réfléchis au bazar, une armée de journaliste avec 3 ou 4 hélicoptères qui débarquent en plein centre ville sur les lieux du crime. Même si la police va pas tarder, il faut qu’elle puisse se garer. Y a des lois et nous somme dans un pays de droit.

Il y a quand même une chose que je dois vous dire, si les journalistes arrivent à connaître le nom des criminels avant la police, la seule façon d’y parvenir est de rentrer dans la peau du serial killer, d‘arriver à deviner ses penser. Et après, il n’y a plus qu’à localiser la source. Pour y parvenir, une bonne séance de télépathie fera parfaitement l’affaire. Le voila, le super-pouvoir des journalistes, ils sont télépathe mais surtout ne le dites à personne. Je vais vous avouer un secret, pendant longtemps j’ai cru qu’ils avaient des indics et que ces indics, c’était, soit madame Irma, soit madame Soleil, en fonction de leurs plans de congés.

Alors qui sont-ils, d’où viennent -ils, comment ont-ils acquis ce pouvoir ? La vérité viendrait-elle d’ailleurs ?

Il y a quand même des choses que je n’arrive pas a comprendre, c’est cet intérêts pour les câlins des stars

La société a commencé à se construire lorsque l’homme est sorti de sa grotte et, globalement il a assez bien réussi. Mais, à ce jour, nous ne sommes toujours pas à l’abri de la misère. Bref, si la société dans laquelle nous vivons est un univers complexe, il est indubitable que nos informateurs se font régulièrement acheter par des gens qui veulent brouiller les cartes (à coup sûr, des joueurs de poker)

Aujourd’hui nous vivons dans un monde où nous misons tout sur le virtuel, sur l’image,  comme si la vie était devenue une gigantesque illusion.


Posted in Au nom de l'amour, je te ferais redécouvir ton âme, Ces petits instants du quotidien and tagged , by with comments disabled.

Au nom de l’amour, je te ferais redécouvir ton âme … chapitre 6

Le riche et le pauvre, un mariage forcée

Depuis des décennies nous voulons croire qu’il faut travailler pour gagner sa vie. Et, au nom d’une supposée plus grande équité, nous avons décider un jour de défendre notre pouvoir d’achat.

Dans l’expression « pouvoir d’achat » il y a le mot « pouvoir »
« Équité » et « pouvoir » ne sont-ils pas 2 concepts antinomiques !
L’expression « le pouvoir d’achat » fait référence à une autre expression « le pouvoir de l’argent »

Ne sommes-nous pas convaincu de ce pouvoir de l’argent !

Pour acheter une voiture, il suffit de demander un crédit.
Pour avoir un toit, on se contente de payer un loyer
Pour s’habiller, rendez-vous aux galeries Lafayette, C&A, Babou…
Pour manger, un chèque restaurant fera parfaitement l’affaire.

Alors, s’il l’on respecte cette logique, les briques de lait poussent dans les arbres. Ils sont d’ailleurs tombés lors de la dernière tempête. Et, si vous découvrez des briques de lait dont vous ne parvenez pas à déterminer la traçabilité, nul doute que c’est une personne qui les aura ramassés pour ne pas gaspiller.

Mes enfants, le rêve commence à ce dessiner.

Pour donner un accent de vérité et de crédibilité à ce pouvoir d’achat, pouvoir de l’argent, nous l’avons affublé d’un système de concurrence.
En voilà une grande idée! C’est quoi,…la concurrence ?
La concurrence, c’est : « que le meilleur gagne ». C’est-à-dire transformer notre système économie en une gigantesque compétition. Les jeux Olympiques de l‘économie, quoi!
Et, une idée aussi noble a forcément des effets bénéfiques.

Mais bénéfique, ça fait un peu trop conte de fée (encore que…) un peu trop moralisateur, et là, ça fait franchement vieux jeux (et à l’heure qu’il est, Win…Vvista) nous lui avons préféré le terme de « profitable »
La concurrence, un jeu profitable ?

Dans une compétition il y a ceux qui gagnent…des médailles et les autres qui les félicitent (ou qui font la gueule) et tout autour, il y a les spectateurs qui applaudissent. Mais dans la compétition économique il y a, certes, des gagnants mais ce n’est pas le plus important. Il y a aussi tous les perdants. Se qu’ils abandonne, ce n’est pas que leur amour propre dans le meilleur des cas, mais c‘est bien leur travail qu‘ils perdent.

En effet, dans cette compétition quasi forcée, il n’y a aucun spectateur. Dans cette compétition nous sommes tous des concurrents.

Alors nous pouvons toujours rêver comme des enfants en nous disant que la cause de l’augmentation de la misère n’a pas de lien direct avec l’accroissement de la concurrence. Nous pouvons toujours nier cette augmentation de la misère et nous réfugier derrière cette débauche de richesse à l’occasion des fêtes de fin d’année propice aux demandes des organisations humanitaires. Devant tant d’abondance, il n’est pas possible qu’il y ait des pauvres, ou alors ils l’auront bien cherché. On peu toujours nier cette misère et par trois fois comme St Pierre car il y aura bien l’un de ces nouveaux prophètes, un énarque, qui vous convertira.

Mais le saviez-vous ? Un énarque c’est une personne qui a fait l’ENA. Une grande école qui forme les décideurs de demain. Une grande école, certes, avec une bonne hauteur de plafond, mais surtout plus qu’une école, une institution. On y apprend essentiellement à parler. D’ailleurs dans ENA il y a « âne ». L’ENA serait-elle une institution d’orthophoniste ?

Donc, nous récapitulons, le pouvoir d’achat, le pouvoir de l’argent et la concurrence.

Nous sommes arrivé au stade de la pré-adolescence où nous commençons à percevoir le sens de la vie.
Nous comprenons la souffrance et en même temps nous voulons profiter de la vie.
Nous sommes arrivés à un moment où l’on sens que quelque chose est cassés. Mais comme on ne sait pas le réparer, on l’oublie dans un coin. Sous sommes tous comme des gosses de riche qui préfères s’engager dans leur vie de VIP et qui de temps en temps, le cœur sur la main, invite leurs copains des bas fonds dans la mesure ou il auront pris une douche avant de venir bien sapé.

Il est une réalité que nous ne pouvons que nous ne pouvons contourner, nous ne pouvons pas tous être riche. Pourtant nous aimerions bien croire que la richesse des uns rejaillissent autant que faire ce peux sur tout le monde. Seulement, celle belle utopie repose sur une théorie contraire à la notion de richesse.

La richesse repose sur le principe de disposer plus que les autres.
Et vous demandez que cette richesse soit partagé.

Il faudrait plutôt dire que vous voulez faire partie des riches, car vous pensez tous que c’est le meilleur parti. Vous êtes uniquement intéressé par la dote de la jeune fille

Ne voyez-vous pas qu’en réclamant une augmentation de votre pouvoir d’achat, vous ne faites que cautionner le système actuel. Vous ne faites qu’entretenir le diktat de la richesse et de la pauvreté. Vous ne faites que vous bercer dans l’illusion du pouvoir de l’argent

Vous ne faites que dévaloriser le travail….


Posted in Au nom de l'amour, je te ferais redécouvir ton âme, C'est ça la Vie, Citations and tagged , , , by with comments disabled.

Au nom de l’Amour, je te ferais redécouvir ton âme – chapitre 5

Voici un nouvel article pour vous expliquer comment à mon avis, nous en sommes là aujourd’hui.

Je sais, je l’ai déjà dis, mais voilà…

Je me rends compte que dans ce monde, bien que de plus en plus incroyant, vous avez besoin de croire pour comprendre…

Mais, c’est une croyance bien fragile car nous sommes trop attaché au quotidien, nous devenons matérialiste au point d’en oublier l’essentiel. Le bonheur qui ne s’obtient qu’avec l’amour, pas avec des euros.
Alors, lorsque nous croyons, c’est envers les personnes qui pourraient nous aider à mieux vivre et comme ces personnes ne sont pas des Dieux, ils ne deviennent que des idoles, tout au plus… et la concurrence est rude.
Croyance bien fragile, oui…

Je vais vous parler rapidement de la misère et surtout … des extraterrestres…

Mais, pour commencer …

Grande nouvelle hier, il parait que la rencontre franco-allemande à débouché sur «un terrain d‘entente » … une chanson composé par trois jeunes GERMANO-TURCS et interprétés par nos deux ministres … j’ai entendu style R’nb et Europe 1 écrit sur son site « rythme and blues » vous me direz, j’ai pas trop écouté…
Après cela, les immigrés … vont se sentir aimé, au moins par nos ministres…

La promo est déjà assuré…YouTube… c’est pas moi qui le dit, c’est encore Europe 1 Aux dires des journalistes qui ont le sens de l’à propos, « un beau symbole »…ça, c’est super, mais est-ce que cela va faire baisser le prix de l’essence.

Car actuellement, on est obligé de remplir nos réservoirs à des prix qui sont fixés … par des joueurs de pokers… et tout le monde trouve ça normal, apparemment.

Donc,

Misère, vous avez dit misère ???

Si dans la nuit du 4 août 1789 (ou aux alentours…), les privilèges ont été abolis, on est en droit de se demander comme Roland M….se qui s’est passé le 5 août à 0h00m01s.

La vie est un éternel recommencement, sans doute pour des raisons biologiques.

Pendant des siècles nous avons vécus sous des régimes de type monarchique, toute une noblesse avec le roi et sa cour. C’est en jouant à la belote, que l’on se rappel ce bon vieux temps.

De nos jours le décor n’a presque pas changé. Nous avons la « djet7 » détrôné par le« showbiz », en concurrence (dé) loyale avec « les Peoples » (ou, ils ont juste changé l’enseigne… ça se fait beaucoup) et les « bidonville » (mais en France on préfère le carton, les bidons étant destinés au stockage des déchets toxiques.)

C’est lorsque nous remplissons nos cuves d’un combustible qui ne cesse d’augmenter par la magie des boursicoteurs, celle des gouvernements (d’aucun disent que c’est la plus grande…s’est-on demandé s’ils faisaient parti du même clan?) et surtout la magie (noir, cela va sans dire…) des grands chefs guerriers qui sont là pour rallier à leurs cause toutes les brebis visiblement égarées.

C’est donc lorsque nous remplissons nos cuves parce que le thermomètre baisse (vous connaissez le principe), que nos journalistes nous rappellent à nos mémoires défaillantes les habitants de « Cartonville ».

Et d’enchaîner sur les problèmes de logements et de son droit, car cela ne coûte rien d’en parler. Du moment que l’on connaît la réglementation, 9m2 minimum et 300m2 à partir de 10.000€/mois.
A croire que Cartonville, est la solution idéale pour le recyclage.

On n’a pas trouvé mieux depuis le mitiger, celui qui a permis de voir l’émergence de l’inventeur de l’eau tiède sortir du rang.

On ne peut rien reprocher au journaliste qui fait juste son job et on ne peut pas reprocher non plus aux bourgeois d’avoir 300m2 parce qu’ils en ont les moyens (le Pouvoir d‘achat), sinon se serait la mort du commerce.

Et une vaste campagne d’expropriation ne peut s’envisager qu’en période de guerre. Encore que l’expropriation pour cause de guerre économique, c’est une idée qui a déjà fait son trou dans lequel du monde c’est englouti.

Alors, nous sommes volontiers impuissant devant les rouages complexes de la société, et pas seulement pour des problèmes de reproduction, quoiqu’à force ça pourrait le devenir. Nous sommes volontiers impuissant parce que ces rouages on une identité propre.

Il y a la Société, celle dans laquelle nous vivons et celle avec laquelle nous commerçons. La justice, l’administration, sans oublier le gouvernement et les médias.
Voilà autant de mots qui nous effraient parfois parce qu’ils semblent évoquer des entités venues d’un autre
univers et qui disposent de pouvoirs illimités.

Pourtant, derrière tous ces mots « effrayant » il n’y a que des hommes et des femmes. Que font-ils, ils obéissent aux ordres, ou ils donnent un ti coup de pouce. Il y a quand même quelque choses d’étonnant dans tout cela, c’est que malgré une bonne dose d’individualiste, ils arrivent à se mettre d’accord sans s’être
concerté, pourrir le monde… alors, je me dis que l’on peux arriver à faire quelque chose ensemble, faut juste orienter le débat.

Alors, comme après cette grande nouvelle où nos ministres se lance dans la chanson… on nous parle des OVNI histoire de resté dans … le rêve.

J’enchaîne naturellement sur…

E.T. mon Amour

Il me vient donc cette étrange idée de croire que ceux qui nous gouvernent seraient des extraterrestres. Mais pour cela il faudrait supposer que ces êtres soient plutôt malfaisant.

Et que ce serait au USA qu’il y en aurait le plus.

Enfin, je veux dire …il y en aurait bien un peu partout ailleurs. Mais ce serait là qu’ils seraient les plus voyants.Et la lutte contre leurs propres camps, celle pour la défense de la Terre, ne serait destinée qu’à tromper l’ennemie.
J’aimerais bien que mon hypothèse tienne la route, enfin…l’espace…d’un instant, on saurait qui sont nos ennemies.

Car c’est quand même dommage d’être obligé de lutter contre ses semblables, ça fait guerre fratricide.

Moi, cette hypothèse, je n’y crois pas et ce n’est pas parce que je ne crois pas aux extra-terrestres. Car, à ce sujet, je dois vous dire « pour croire, il faut avoir la foi » je ne suis pas croyant dans ce domaine.

Donc, pour vous expliquer mon point de vu, il faut prendre un peu de recul.

4,6 milliards d’année dans le passé pour être précis. Et, date de naissance de notre maman, la terre.

Bah, nous les mecs, enfin, je veux dire les êtres humain, on a vu le jour il y a juste 200.000 ans. Et on se la pète déjà..

Bon, on va arrondir à 1 million d’année pour que ce soit plus clair.

Et, à côté des 4 milliards de maman, et je vous fait grâce des chiffres après la virgule, ça fait quand même
tout jeunot.
Donc on se demande pourquoi l’homme à de tels prétentions sur le monde actuel.

C’est qu’un nouveau né.Il faut bien le reconnaître, maman a pris son temps avant de faire son bébé.

La question est donc, est-ce que ça se passe mieux ailleurs, Monsieur Fox qui connaît la vérité…pourra sans doute vous répondre.
Malgré tout, on voudrait nous faire croire qu’au même instant, ailleurs … forcement …il y aurait des êtres qui naîtraient comme nous et capable de communiquer.

Ça doit être ça « le miracle de la vie »

Je dis ça parce que si l’on veut avoir une chance de tailler une bavette avec, il faut naître en même temps. Je veux dire dans une fourchette de 50 années.

Allé, au diable l’avarice, on va taper dans les millénaires. On élargie la fourchette à 10.000 ans, ça vous ira ?
Bah, même là j’ai comme un doute…
Et pendant tout ce temps, vous avez largement la possibilité de vous faire écraser par un tas de chauffard. Mais admettons que l’humain en réchappe, et c’est pas gagné d’avance avec toutes ces bombes qui pleuvent.

Mais admettons la chose. Maintenant, on va où ?

Le problème, ce n’est pas l’itinéraire, qui est quand même de taille. Mais plutôt la taille de
l’itinéraire.

Notre galaxie ne fait que 100.000 à 200.000 années lumière. En supposant qu’il y ait du monde dans ces coins là… pour faire le voyage, on aura le temps de se faire des cheveux blancs. Car, à ce jour, je ne connais pas d’engins capable de ce déplacer à la vitesse de la lumière.

Donc, si vous envisagiez de saluer votre voisin E.T. c’est pas demain la veille. Vous ne pourrez pas encore boire un ti café en sa tendre compagnie.
Et, partir en expédition dans le but de rencontrer d’autres créature vivante dans ce vaste univers, c’est condamner celui qui vous accueil à prendre soins de vous cendres.

Les scientifiques feraient mieux d’orienter leurs recherches vers le paranormal, s’ils veulent communiquer.

A quoi ça sert de vouloir envoyer des bidules dans l’espace, s’ils ne sont pas équipés de tables tournantes.

Et de toute façon, même à la vitesse de la lumière, il faudrait 100.000 ans pour franchir la distance moyenne. C’est-à-dire, que les premiers hommes de la création devraient monter dans la fusée et que ce soit les gens de la CGT (par exemple) qui aillent leur distribuer des tracts.

Alors, plutôt que de polluer l’univers avec ces engins grotesques, nos scientifiques feraient mieux de se pencher sur cette merveilleuse machine à voyager dans le temps.

Au moins, là on en gagnerait Alors, maintenant dire qu’envoyer des engins dans l’univers intersidéral, c’est jeter l’argent par les fenêtres ou dans l’espace…ça pourrait paraître une évidence.
Pourtant, dans un monde capitaliste comme le notre, ça ne se fait pas. Il doit bien y avoir quelqu’un qui
récupère la mise. Et, s’il est plusieurs, qu’on ne dresse la liste…

Donc la priorité c’est la machine à voyager dans le temps. Et tant pis si après on en perd la notion, car de toute façon, on est en train de l‘égarer.

En plus vous n’arrivez pas à vous entendre avec votre voisin et vous voudriez faire ami ami avec un être qui pourrait ressembler à une araignée géante.

Mais imaginez un peu qu’au lieu de cela vous vous trouviez nez à nez avec une armée de blondes…

Je n’ai rien contre les blondes, c’est juste l’idée que l’on aime tant véhiculer qui m’amuse.
Et une nouvelle maladie est en train de ce répandre dans ce pauvre monde, c’est la blondeur.

Mais, maintenant que j’y pense, il existe un autre possibilité…je veux dire, pour tailler une bavette avec E.T. et je me demande bien pourquoi j’y ai pas songé avant.

C’est …LA PORTE DES ETOILES…

Bon sang, mais si bien sûr, c’est ça la solution… Alors, maintenant… élémentaire mon cher Watson, faut entrer en contact avec SG1… Donc, celui qui me trouve leur numéro de téléphone, je lui fait un bisou… au besoin je délèguerais…

hier, j’ai encore entendu ces histoires d’OVNI et je me demande…

Si vous étiez un extraterrestre, est-ce que vous iriez passer vos vacances sur terres, est-ce vous voudriez faire du busines avec les humains… franchement, ça serait pas se fourrer bêtement dans le pétrin.

Alors, s’il y a parfois quelques passages d’engins, c’est juste parce qu’ils on inventé des appareils capable d’aller à une vitesse supérieur à la lumière…(ce qui fait qu’en général on ne les vois pas)… mais que les OVNI qui n’échappent pas à l’œil vigilant des humains, ne sont que des vols de reconnaissance pour voir si les choses s’arrangent.

Et parfois, ils ont sans doute rencontré des problèmes de freinage… soit consécutif à une défaillance technique, soit on avait affaire à un mauvais conducteur.

Ça arrive…

Ou encore qu’ils se seraient trompés de raccourci.


Posted in Au nom de l'amour, je te ferais redécouvir ton âme, Raconte-nous une histoire by with 1 comment.