Est-ce que tu m’aimes encore…???

Voilà une question que personne ne voudrait entendre, parce que l’on se dit :

Aurais-tu soudain perdu confiance en moi…

Pourtant… Comme je l’ai dis à une amie ce matin

Le doute, c’est comme la traversé d’un rapide pour éviter que le courant ne vous sépare,
il faut vous tenir la main

L’être humain à besoin de certitude, et de les toucher du bout des doigts

Mais on ne pourra jamais saisir l’amour… seulement la ressentir
Elle nous touche le cœur qui se sert si fort, au point d’en avoir mal
Mais avec cette douleur, nous avons le visage qui rayonne
Et les larmes coulent de nos yeux
Comme un trop plein de bonheur

Faudra songer à le récupérer…sourire

je ne vous proposerais pas de boire ses larmes
Dans ces moments difficile où vous éprouvez de la peine
Parce que vous les auriez mis dans une tite bouteille
Un ti peu trop facile…

Question, …
Il y en a qui vont dire : « tu te pose trop de question… !!!»
Et je répondrais : « OUI avec un grand sourire »

L’amour ça sert à quoi ?

Si c’est juste un truc pour ce sentir bien
Autant s’adonner à une passion, que ça serait la passion des jeux

L’amour c’est pour se sentir fort
Parce que l’on est deux… (Et plus avec nos enfants)
L’amour ça permet d’affronter la dureté de la vie

Encore que …. lorsque l’on y réfléchie, la vie pourrait être douce si l’homme pensait un peu plus à l’amour… au lieu de penser au plaisir, et que ce soit au plaisir de ce qu’il voudrait avoir.

L’amour, c’est pour se sentir fort
Contre toutes les douleurs, et encore plus lorsqu’elle viennent au sein d’un couple.

Est-ce que tu m’aimes encore ???
Le doute n’est-il pas la peur de perdre celui que l’on aime et que ce soit finalement une preuve d’amour.

Je me dis simplement plutôt que de voir le doute comme ton ennemie
Regardez-le comme l’ennemie de l’amour et faites front commun

Parce que c’est pour cela que l’on s’aime, pour faire ensemble…

Est-ce que tu m’aimes encore …
Et je pense à ses oublient que nous avons parfois vis-à-vis de ceux que l’on aime et cela se traduit par un manque dans leurs cœurs.

Ce matin, mon portable a sonné pour me rappeler cet anniversaire de Chrystelle et j’ai pensé qu’une tite vidéo lui ferait plaisir…

Get the Flash Player to see this content.


Posted in amitié by with 9 comments.

À l’attaque…

Je vais vous montrer de quoi est capable un ti ange…

Mais tout d’abord, …

« Si tu cherche la vérité pour savoir ce qui est vrai ou faux, alors tu n’obtiendra que la raison. Et tu blessera tes amis en leurs donnant tord.

Appliques-toi toujours à voir ce qui est bien, et c’est ton cœur qui te donnera la réponse »

1953

Ce matin, dans le bus, j’ai vu le visage de ce ti bout d’à peine 2 ans se remplir de désespoir parce qu’il voyait sa maman ce diriger vers la porte de sortie pour aider une personne. Et cette autre maman assise devant lui, c’est mise à rire en lisant dans son petite coeur : « maman, tu m’abandonne ….» Et c’est normal d’avoir cette attitude lorsque l’on est enfants, parce qu’a cet âge nous avons besoin d’être protégé.

Pourtant, nous continuons à le dire quand nous sommes grands, et nous disons, « chérie, pourquoi tu m’abandonne » et ça fait rire personne, sauf les imbéciles (…) et nous l’exprimons bien souvent dans le secret de nos larmes. Parce que, sans être enfant pour autant, nous avons encore besoin du réconfort de son cœur.

Mais nous avons chacun notre chemin, il faut accepter que l’un et l’autre fasse sa route.

Nous avons du mal à nous résigner et l’on s’accroche à ce cet espoir de bonheur qui se transforme vite en désespoir.

Et j’me disais, j’en ai marre de toutes ces mauvaises odeurs qui se répandent aux travers de tous nos maux, ça nous fait dire des mots de travers, et on avance bancal…

Alors j’avais envie de monter tout là-haut sur la montagne, car l’air y serait plus pur, pour contempler ses neiges éternel, que ça ferais plaisir à un « ti flocon » mais ça serait encore fuir la réalité, moi je peux pas rester éternellement là-haut.

C’est quoi l’amour ?

C’est quoi, l’amitié ?

J’aime très fort une petite princesse du nord, pourtant il n’y a entre nous, ni amitié, ni cette amour qui nous donnerais envie de la faire, parce que cette petite âme serait quelque part le fruit d’un amour que j’aurais accomplie, quand bien même ça ne serait pas le cas, et je lui transmet le flambeau.

On dit que dans la vie, il ne faut pas se poser de question,

Alors je dirais simplement, quand on vie un grand amour on ne se pose pas de question, parce que tout simplement on connais la réponse.

Et quand ça ne va plus, je dirais on la connais enfin.

Sauf qu’on refuse de l’admettre.

Bon, ce n’est pas aussi simple et l’amour rend aveugle dans ce cas. Alors il faut accepter de voir « l’ophtalmo » et c’est dur d’accepter que l’on soi « malade » que l’on souffre de myopie.

J’ai toujours penser qu’entre l’amour et l’amitié, il n’y avait pas de différence, parce qu’aimer c’est vouloir le bonheur de l’autre. Et nous le faisons tout autant en amour qu’en amitié.

Pourtant dans l’amour il y a cette dimension de la vouloir vivre plus intensément, et il se forme ses partages qui ne regardent que deux êtres qui s’aiment. Mais nous pouvons les partageons tous un jour, en regardant leur fruits.

Dans l’amour, chacun à sa vision du bonheur et si l’on veux construire quelque choses entre deux être qui s’aiment chacun à leur manière, il faut arriver à un compromis. Mais quand le compromis demande trop de concessions, alors c’est là que l’on commence à souffrir.

Parce que chacun aime avec les attentions qu’il a envie d’avoir envers l’autre.

On dit, « chéri, pourquoi tu m’abandonne? » ou « pourquoi tu me fais mal? »

On fini par connaître la réponse, parce que c’est le silence et l’indifférence.

On fini par connaître la réponse, parce que l’on est mit devant le faite accomplie

On fini par connaître la réponse, parce que devant nous il y a la candeur et l’innocence, ce « je sais pas pourquoi j’ai fait ça » mais cette réponse là, on la refuse catégoriquement.

Et ce n’est pas : « j’ai envie de te rendre heureux (se)

Mais « je vais t’aimer comme tu as envie que je t’aime » que l’on voudrait entendre.

On fini par connaître la réponse, parce qu’on accepte de le voir plus heureux ailleurs…mais ça, c’est beaucoup plus tard,

Dans l’amitié, il ne peut pas y avoir de compromis. Et l’on doit toujours respecter les convictions de ses amis, mais pour cela il faut qu’elles soient compatibles avec les nôtres.

Si l’amitié repose sur le verbe aimer, alors il faut que nos convictions se conjugue avec ce même verbe.

Alors, c’est certainement pas : « je me fiche de ce que pense les autres »

Parce que du coup, ça servirait à rien de se parler, de mettre des commentaires sur les blogs, car tout le monde se ficherait de leurs contenus. Et ça servirait a rien d’avoir des amis dont on se moquerait éperdument vu que l’on en aurait rien à faire de ce qu’ils pensent.

Et bien qu’en général on dit cela quand on sous-entends : « je me fiche du mal que l’on pense de moi ».

Ce n’est certainement pas cela non plus.. .

Vous voudriez rendre tous les coups que l’on vous donne, … pourquoi faire. Pour montrer que vous savez en donner. Dans l’amitié, on n’a pas besoin de donner de coups et dans l’amour non plus.

Je me souviens de ce poète qui avait jugé bon de mal interprété un commentaire que je lui avais fait, et qui me répond comme on dit d’une manière grossière, et selon vos règles, j’aurais du lui répondre idem. Expliquez-moi pourquoi je devrais me fâcher avec une personne que beaucoup de personnes apprécient aujourd‘hui ?

Alors que j’écrivais gentiment à une princesse, celle-ci se met à douter de mon honnêteté, et dans sa candeur, elle me pose l’absurde question.

Comme si j’allais lui répondre, oui je suis un bandit de grand chemin et mon nom de guerre c’est le fugitif…

Comme toutes les princesses têtues, elle refusa de se rétracter. Je me rendis auprès d’une amie plus sage car nous partagions les mêmes convictions. J’obtins gains de cause, mais cette amie d’une génération plus grande fit cette chose étonnante, elle me raya de sa liste des gens qu’elle apprécie. Du coup elle donne raison aux accusations de grand banditisme, mais l’affaire en restera là, faute de preuve sans doute…Mdr.

Mais ce qui ne me fait pas rire, c’est que je la retrouve quelques mois plus tard, parmi mes amis, toujours à défendre des convictions que je partage.

Et vous voudriez peut-être que je lui dise, dégage… arraches-toi de là, t’es pas de ma bande. Alors que l’on a tant de mal à recruter des membres. Je veux parler de ces personnes qui ont envie de se battre justement pour que la vie soit plus belle et qui le font avec le cœur.

Maintenant, ce n’est pas parce que devant nous, il y a des imbéciles qui s’expriment avec un manque de délicatesse consommé qu’il faut se mettre à « baver » comme des gorets.

C’est le bon sens qui devrait nous dicter notre conduite. Alors certains vont dire « j’ai pas le permis » qu’ils sont près à jouer les délinquants… mais du coup vous auriez tord de vous plaindre de ses faits.

Nous disons que nous ne pouvons être l’ami de tout le monde, c’est vrai sur le plan pratique, mais pas sur le principe.

Et pour un peu il se formerait des clans, que les amis des autres, on ne les aimeraient pas, comme si l’amitié pouvait être différentes suivant les groupes, qu’elle pourrait être mieux ici, qu’ailleurs. Là, on frise dans le grotesque.

L’amitié est cette chose universelle qui ne dispose d’aucune frontière, ce qui les différencie, ceux sont les goûts que nous partageons,

Et en regardant autour de moi, j’éprouve de la tristesse, car malgré ses serments d’amitiés, vous vous entredéchirez.

Dans toutes les souffrances de ce monde,

On cherche toujours un coupable

Et surtout face à ce coupable,

Lui prouver que l’on à raison.

Mais la raison ne sert qu’à damer le pion

Face à l’amitié

La raison vous donnera toujours tord

Parce qu’elle oublie votre cœur

Et qu’il continuera de pleurer

Moi qui suis un ti ange

Je ne pense pas à la raison

Mais d’abord à la réconciliation.

Pour que chacun puissent continuer son chemin

Et je songe à cette phrase que j’ai lue dans un diaporama (proverbe chinois)

« Quand vous perdez, ne perdez pas la leçon. »

Il ne faut pas voir ses erreurs comme un fardeau.

Pourtant, on dit tous qu’il faut oublier le passé et ses peines.

Si vous faites ça, vous aurez pleuré pour rien.

La vie, c’est comme à l’école, parfois t’as un bonnet d’âne, parfois une mauvaise note. Tu peux même être punis. La récompense, ça sera toujours cette émotion qui donne chaud au cœur.

Alors, allez révisez … non mais !!!

Les peines de la vie, il faut les prendre comme des épreuves à vaincre, et non comme des tourments qui brises. Et c’est avec au moins avec l’amitié que l’on peu y arriver.


Posted in amitié by with 2 comments.

Pour toi et ton ti bout

Aujourd’hui, jour de mon anniversaire, mes pensées vont encore plus vers vous deux…

11981


Posted in amitié by with comments disabled.