Le sens de la vie

Tout à l’heure je suis allé rendre visite à Doct’ole, et j’ai parcouru un peu ton blog …


De toutes les matières que tu aborde, l’amour figure-telle au chapitre ?

Car de ce que l’on doit savoir, l’amour me semble la « matière » la plus importante à connaître.


Et tu me dirais sans doute que ça n’est pas le rôle des professeurs d’enseigner cela !

Mais à l’école, nous apprenons le corps humain et son fonctionnement. Alors je me dis que l’on fait la moitié du boulot.


Et tu me dirais sans doute que l’on en parle quand même au travers des contes, des livres et l’amour devient un rêve finalement.


Et tu me dira sans doute que l’amour, ça ne se sait pas, ça se comprend. Que les petits anges ne peuvent appréhender cela.


Alors je te répondrais tout autant que l’histoire. Que l’on ferait avec un certain détachement, une neutralité bien fragile à évoquer toutes ces guerres qui auront fait la gloire des peuples victorieux.

Que l’on fait preuve d’une grande pudeur face à l’amour, et que l’on éprouve aucun scrupule à parler de tout ce manque d’amour.


N’y a-t-il pas derrière tout cela une volonté de la part du corps enseignant d’exprimer une vision du monde comme rempli d’une infini tristesse.


Si je devait enseigner à un ti bout le sens de la vie, je lui dirais simplement :


« regardes autour de toi, il y a plein de monde. Sais-tu pourquoi ? »

ils me répondrais probablement « parce qu’ils ont pris le bus, leurs voitures »

Alors entre nous, je pourrais lui dire : « sais-tu pourquoi il y a un tas de monde sur cette terre ?»

mais je ne m’y risquerais pas, pour ne pas avoir à devoir lui répondre qu’ils débarqueraient d’une autre planète, ça serait pas cool.


« sais-tu pourquoi et comment tu es arrivé sur cette planète »

En principe, il devrait bien finir par me dire : « c’est ma maman qui m’a mis au monde »

« Comment es-tu né ? » c’est sans doute la question qu’il faut poser


Alors je lui dirais :

« tu vois tout les gens qui sont autour de toi, ceux sont leurs mamans qui les ont fait naitre. Ils ont tous été un jour ce bébé d’amour »

« aujourd’hui les bébé ont grandit, comme toi tu as envie d’être grand »

et en aparté, je vous dirais : « ces bébés d’amour file pour un grand nombre, un bien mauvais coton »,

ce qui justifierait la vision pessimiste que nous avons du monde.


Et j’ajouterais pour parfaire les connaissances de ce ti bout :

« pour arriver à ce qu’il y ai autant de bébé sur terre, il aura fallu que chaque maman rencontre ce papa, qu’ils se fassent des bisous d’amour parce qu’ils s’aimaient et qu’ils mettent au monde ce petit ange que j’ai devant moi. »


Cela vous choqueraient car on ne parle pas de l’acte d’amour à l’école et vous ne voudriez pas avoir à répondre à cette question :

« alors, on fait les bébés en faisant des bisous d’amour »


Cela vous choqueraient davantage que les millions de morts qui sont écrits dans les livres d’histoires. Et devant tout ses assassinats de rois et de princes, il y en a peut-être qui suggéraient bien d’écrire pour la tranquillité de l’âme de leurs progénitures :

« il y avait un roi, et un jour, il a pris la poudre escampette »


« Non, mon garçon, on ne fait pas des bébés en faisant des bisous d’amour. Mais il fallait bien qu’ils s’aiment très fort pour que tu sois là aujourd’hui ».


Et je lui dirais : « c’est pour cela que tu es là … parce que ta maman et ton papa s’aimaient. »


Et je vous dirais, à vous qui êtes adultes, c’est cela le premier sens de la vie, c’est l’amour.


Mais certain me sortiront sans doute une théorie à la Lévis Strauss, que c’est juste biologique comme si nous étions des animaux.

À cela je dirais que l’être humain a cette conscience d’être et qu’il choisie d’avoir des bébés avec les êtres qu’ils aiment.

Et l’être humain pense également qu’une chose est vrai parce qu’elle dure … alors dans ce monde, il n’y a rien de vrai. Car au fond, nous ne sommes que des objets qui s’usent.


J’imagine néanmoins cette tendre question :

« alors, les animaux s’aiment ? »

et je ne pourrais pas répondre à cette question, car je ne parle pas leur langage … faut-il que je pose la question à Walt Disney !?


Parce qu’il aurait cette envie de tout savoir, sur comment faire les bébé et sur tout, surtout, tout de suite.


Je lui dirais :

« il faut du temps pour savoir, et tu ne saura jamais tout »


« quand tu es malade, que fais ta maman ? »

« au début, elle te soigne et puis si la fièvre continue, elle t’emmène voir le docteur »


« quand tu es dans la rue, tu vois des magasins. Le boulanger, l’épicier, le marchand de chaussures, parce que ni ton papa ni ta maman, ne savent faire du pain, ne fabriquent pas leur lessive pour laver le linge, ni leurs chaussures. Et je pourrais te citer mille autres exemples, comme ton vélo, la poussette de bébé, ta DS, la voiture de papa maman, l’avion. Tu vois bien que tu ne peux pas tout savoir. Et tout ses gens qui savent se que tu ne sais pas, t’aide à manger, à te soigner, à avoir des vêtements … cela veux dire aussi que nous faisons les choses ensemble, comme s’il s’agissait d’une grande famille. »


Et à vous les grands je dirais, c’est cela l’autre sens de la vie, faire les choses ensemble.

Alors je comprendrais aisément que vous ayez du mal aujourd’hui, à intégrer la chose, que cet ensemble se fasse au nom de l’amour. Car si pour l’homme, c’est biologique; pour la société, c’est juste économique …


Parce que tout simplement dans cette même rue, il y aurait cette banque … et vous ne savez pas faire de l’argent … sourire.


Dis-moi Doctole, est-ce que dans l’enseignement, il arrive que l’on cite les grands hommes parce que je songe encore à cet homme qui a dit :


« si nous n’arrivons pas à vivre ensemble comme des frères, nous allons tous mourir ensemble comme des idiots »

Car …

Je m’interroge sur ces hommes aux convictions profondément matérialistes, qui au travers de leurs entreprises, veulent transformer l’homme en machine à éprouver du plaisir en nous faisant croire qu’ils ont la clé du bonheur … pour avoir racheté toutes les parts.!?

À faire de l’amour une chose qui se touche comme s’il s’agissait d’un bonbon


je m’interroge sur ces hommes qui cherche tous à être heureux et que cela ne peux se faire qu’en privé, car dans la société, il faut changer de conviction comme si nous avions « 2 disques dur » à la place du cerveau.


Je m’interroge sur ces hommes qui se demandent s’il faut des entreprises qui fassent des bénéfices ou qui n’en fassent pas du tout.


À en oublier pourquoi ils produisent.

À en oublier les hommes qui produisent, comme s’il s’agissait d’Être BIO


Les humains serait-ils juste destiner à faire du fric, comme une machine à sous.

Comment doit-on regarder les gens qui font leur travail en disant que c’est pour la paye de fin de mois.


« Si tu ne comprends pas, choisie de comprendre ce qui plait à ton cœur »


Et je me sens presque obligé de vous dire, je vous souhaites bien du plaisir !!!


Citation


ils n’y a rien de plus logique, rien de plus évident que l’amour.
Et si tu t’exprime sans elle, tu te trompera toujours, tu te contredira.

(Either JavaScript is not active or you are using an old version of Adobe Flash Player. Please install the newest Flash Player.)



Posted in Je vous écris and tagged , , , , , , by with comments disabled.